Histoire de la FESPA

Quand et pourquoi la FESPA a-t-elle été créée

La fondation de FESPA et son développement au fil des années

C'est lors de l'Assemblée Générale constitutive de 1962 que l'Association Française des Imprimeurs décide de créer la FESPA avec sept Associations Européennes. Depuis sa création il y a plus de 50 ans, FESPA n'a cessé de croître et de se développer en :

La Convention à Copenhague, Danemark 9-14 mai 1961

C'est l'une des dates les plus importantes de l'histoire de la FESPA, car c'est là que fut prise la décision de former une Fédération indépendante des associations européennes de sérigraphie et des extraits des discours prononcés à l'époque donnent une image claire de la intentions et motivation derrière cette décision. La Convention organisée par l'Association danoise sous la présidence de Bjarne Dahl, a attiré plus de 300 délégués, dont beaucoup sont venus avec leurs épouses. Non seulement tous les pays d'Europe occidentale étaient représentés, mais aussi des pays hors Europe, les États-Unis, le Canada et l'Argentine.

Les extraits suivants du discours de bienvenue prononcé par Bjarne Dahl, président de l'Association danoise de sérigraphie, montrent clairement l'importance de cette Convention dont est née la FESPA : « Au début de la sérigraphie, il n'y avait aucune coopération d'aucune genre et ceux qui avaient d'une manière ou d'une autre réussi à acquérir quelques connaissances dans les techniques gardaient ce savoir par jalousie, néanmoins la sérigraphie s'est propagée d'un pays à l'autre, même si certains secrets techniques n'étaient fournis qu'après paiement de droits de licence élevés.

Les fournisseurs de matériaux de sérigraphie ont vite compris que leur chiffre d'affaires dépendait du nombre d'utilisateurs de ce procédé et certains se sont chargés d'enseigner les techniques, pour lesquelles ils ont exigé en retour des droits de fournisseur exclusif. C'est l'une des raisons pour lesquelles, dans certains pays, les utilisateurs ont décidé de se regrouper en organisations professionnelles pour veiller aux intérêts de la profession et organiser une formation uniforme et adéquate.

Néanmoins, nous devons beaucoup à nos fournisseurs et l'impressionnante exposition qui s'y tient ainsi que nos réunions techniques prouvent que nos fournisseurs croient en l'avenir grand et grandissant de la sérigraphie. En raison de la forte augmentation des voyages depuis la dernière guerre, les sérigraphes du monde entier ont établi des contacts personnels et échangé des expériences et des idées. Aujourd'hui à Copenhague est une excellente occasion de rencontre pour nous tous à l'occasion de cette cinquième convention européenne du SPPA."

Les raisons d'une FESPA indépendante ont été expliquées par Bob Levisson, alors président européen du SPPA, dans un article qu'il écrivit dans Screen Printing & Display News en avril 1961. Voici quelques extraits pertinents : « L'un des Les principaux objectifs du chapitre européen étaient l'organisation de conventions de sérigraphies en Europe.

Cependant, il s'est vite avéré que ces conventions ne pouvaient pas être réservées aux seuls membres de ce Chapitre Européen, d'autres membres de notre profession ont souhaité y participer et ont naturellement été les bienvenus pour nous rejoindre. Cette évolution nous a fait réfléchir. Nous en avons conclu que pour le sérigraphe individuel, quel que soit le pays européen où il vivait, sa propre organisation nationale était naturellement plus importante que la SPPA.

Une deuxième conclusion était l'urgence des traductions des articles techniques à partir du texte anglais dans lequel ils ont été écrits. La conclusion est que chaque sérigraphe doit avant tout appartenir à sa propre organisation nationale. Les différentes organisations européennes devraient alors se regrouper (tout en gardant leur pleine indépendance nationale) pour former une Fédération Européenne des Associations de Sérigraphes. Cette Fédération devrait être affiliée à la SPPA américaine et les personnes qui souhaitent continuer à appartenir à la SPPA devraient continuer à le faire. Cette Fédération nouvellement créée sera bien mieux placée pour organiser des Conventions européennes et, par le biais de ses propres associations, agir comme un centre de distribution d'informations techniques à tous les sérigraphes d'Europe."

La Convention de Copenhague n'a pas seulement jeté les bases de la FESPA, elle a également établi une norme pour les futurs congrès et expositions. Le programme était excellent. Les conférences données par un panel international d'orateurs ont couvert des sujets qui seraient encore d'actualité aujourd'hui.

L'exposition a été bien soutenue par les fabricants et les fournisseurs dont certains sont devenus des leaders sur le marché international des machines et fournitures de sérigraphie. Sur le plan historique, c'est lors de cette convention que la première imprimante semi-automatique Svecia et la machine McCormick Super Cylindre ont été présentées pour la première fois, des développements qui devaient révolutionner la productivité de la sérigraphie. Un programme social très complet et attrayant a fait tomber les barrières de la langue et a créé des amitiés et une coopération qui ont été la marque de FESPA depuis lors.

La fondation de la FESPA à Hambourg, septembre 1962

Suite à la Convention de Copenhague, un comité directeur a été mis en place et a rapidement progressé dans la rédaction des règles et des objectifs de la nouvelle organisation. Il y a eu quelques divergences d'opinion sur la question de savoir si l'adhésion devrait se faire par des individus ou par des associations nationales. L'association britannique DPSPA a fortement représenté par une délégation dirigée par Roy Foster et Ashford Down leur point de vue selon lequel il s'agirait essentiellement d'une fédération d'associations nationales, qu'une seule association devrait représenter chaque pays et que l'adhésion individuelle ne serait autorisée que lorsqu'aucune association nationale existe.

Il y avait également un consensus sur le fait que la nouvelle organisation ne devait pas être dépendante ou sous le contrôle de la SPPA américaine. Encore une fois, ce point a été accepté, mais à ce jour, la représentation de la FESPA au sein du Conseil international de l'Association américaine (SGIA) se poursuit. Pendant de nombreuses années, le président de l'Association américaine a également assisté aux réunions de la FESPA, mais sans droit de vote.

Tous les anciens membres du chapitre européen de la SPPA n'ont pas accepté ces changements et certains, comme Paul Sprinzel qui avait été très actif dans le chapitre, n'ont jamais rejoint leur association nationale et ont continué en tant que membres individuels de la SPPA. De nombreux sérigraphes en Europe sont membres à la fois de leur association nationale et de l'actuelle SGIA.

R Levisson (Pays-Bas) a été nommé premier président avec E Baron (France) J Floyd (Royaume-Uni) et E Meissner (Allemagne) comme vice-présidents. Les associations fondatrices étaient représentées par Bob Levisson (Pays-Bas) John Floyd et Roy Foster (Royaume-Uni), Poldi Domberger et Eddy Meissner (Allemagne), E Baron et Michel Caza (France) Bjšrg Hemberg (Suède), Bjarne Dahl (Danemark) Christian Brynildsen et Edgar Hartvedt (Norvège), Carlo Frassinelli (Italie). Le premier secrétaire général était N Schenkman (Pays-Bas)

La Fédération a été constituée en tant qu'association de droit néerlandais et son adresse était celle de l'Association néerlandaise de l'imprimerie, la KVGO.

Les objectifs de la Fédération étaient décrits comme « le partage des connaissances sur la sérigraphie, l'établissement d'une coopération étroite entre les sérigraphes et les fournisseurs et la promotion de la sérigraphie en Europe ». Ceux-ci sont restés inchangés jusqu'à aujourd'hui. Le Conseil de la FESPA comprenait des délégués des associations nationales affiliées avec un délégué votant pour cent membres. Le Conseil se réunissait normalement une fois par an. L'administration quotidienne était sous la responsabilité du « Bureau » qui comprenait le président, trois vice-présidents et le secrétaire général.

Téléchargez l'infographie "50 ans de FESPA" (voir ci-dessus à droite)9 Mo .

Problèmes de la petite enfance

Il y avait beaucoup de difficultés dans ces premières années. À cette époque, l'anglais n'était pas universellement adopté pour les réunions et de nombreux délégués parlaient et comprenaient très peu l'anglais. En conséquence, les réunions étaient souvent très longues et l'interprétation constante devenait nécessaire par l'intermédiaire de Bob Levisson et de la secrétaire, Mlle Becky de Die, qui étaient tous deux multilingues.

Les différentes cultures et attitudes nationales étaient parfois difficiles à comprendre et à accepter. À différents moments, les associations britanniques et françaises ont menacé de se retirer de la FESPA parce qu'elles y voyaient peu d'avantages et que le coût des cotisations était considéré comme excessif. Ce n'est que grâce au leadership habile de Bob Levisson que la FESPA a continué à se développer et à prospérer.

1962 - 1975 Développement des activités de la FESPA

Il est remarquable qu'avec un budget ne dépassant pas 40 000 florins néerlandais chaque année, tant de choses aient été réalisées, principalement grâce aux efforts personnels des membres individuels du Bureau et du Conseil. La diffusion de l'information technique et commerciale et le développement des contacts commerciaux et sociaux entre les membres des différentes associations nationales ont été des priorités et se sont concrétisés de la manière suivante :

* Des séminaires techniques internationaux ont eu lieu tous les deux ans, se déplaçant d'un pays à l'autre avec traduction simultanée en trois ou quatre langues. Des voyages d'étude ont été organisés avec des visites chez des sérigraphes et des fabricants se déplaçant à nouveau d'un pays à l'autre. Celles-ci se sont avérées exceptionnellement précieuses et ont été bien soutenues. Les normes élevées de propreté des usines, atteintes notamment dans les pays scandinaves, ont ouvert les yeux de nombreux visiteurs dont les propres normes étaient bien en deçà de ce niveau. Il y avait une volonté remarquable de divulguer des informations techniques et commerciales de cette manière qui a sans doute été l'un des facteurs les plus importants du développement rapide de la sérigraphie.

* Le répertoire des membres FESPA, qui contenait les adresses de tous les membres des associations FESPA, était une source d'information importante pour permettre aux sérigraphes en Europe de se contacter et cela a été largement utilisé. Souvent, lors de visites d'affaires ou de vacances, les membres ont saisi l'opportunité de développer des contacts commerciaux qui, dans de nombreux cas, ont abouti à un échange très précieux d'informations techniques. Le répertoire a été financé par la publicité et a été mis à jour d'année en année jusqu'au début des années 1980, date à laquelle il a été interrompu.

* Un répertoire des termes de sérigraphie était un projet dirigé par Bjarne Dahl du Danemark. De nombreuses heures ont été passées à s'acharner sur la traduction correcte dans les langues anglaise, allemande, française, néerlandaise et italienne des termes techniques de la sérigraphie. Cependant, ce travail a finalement été utile, car en conséquence, un répertoire a été produit des termes de sérigraphie avec une référence croisée entre les cinq langues et a finalement été publié en 1968. Plus récemment, le répertoire a été mis à jour et amélioré par l'ESMA et les associations nationales. ont étendu cela pour inclure par exemple les langues de l'espagnol et du hongrois.

Expositions FESPA

Paris 1963 est choisi comme lieu de la première exposition de la FESPA organisée par l'Association française. Il y avait beaucoup d'activité à cette époque parmi les fabricants de machines pour développer de nouvelles machines de sérigraphie qui donneraient une plus grande productivité et un enregistrement plus cohérent. Les beaux-arts et la sérigraphie ont continué d'être un grand intérêt et les visiteurs ont été ravis de repartir de l'exposition avec des échantillons d'affiches de cette œuvre.

Zurich 1966 était l'événement suivant et les expositions FESPA devenaient déjà plus grandes et plus internationales. Chaque jour de l'exposition était accompagné d'une conférence technique très suivie. Les halls d'exposition Olympia à Londres sont devenus le lieu de la FESPA 1968. Pour la première fois, cela a été organisé par une société professionnelle Batiste et non par l'association nationale.

Une fois de plus, les stands d'exposition devenaient plus grands et le premier étage des halls d'exposition était consacré aux sérigraphes principalement du Royaume-Uni, ce qui offrait une impressionnante exposition de travaux sérigraphiés. Il y avait beaucoup d'intérêt pour le travail en quadrichromie en demi-teinte qui commençait à être développé par une ou deux sociétés... un nouveau développement pour la sérigraphie ! Il y avait de l'amusement lorsque le président allemand de la FESPA, Eddy Meissner, a « pris le salut » devant la très britannique « Brigade des gardes » qui a contre-marché comme principal événement de divertissement !

A la FESPA 1970 à Hambourg et à nouveau à la FESPA 1973 à Amsterdam, l'exposition a continué de croître et d'attirer un nombre croissant de délégués non seulement d'Europe, mais aussi maintenant des États-Unis, du Japon, d'Australie et d'Afrique du Sud.

Milan 1975 a failli être un désastre. Suite à sa politique de déplacement des expositions d'un pays à l'autre de l'Europe, le Bureau de la FESPA avait accepté de se rendre à Milan pour sa prochaine exposition. Il y avait de sérieux problèmes. Malgré la contribution majeure que le représentant de l'Italie Carlo Frassinelli avait apportée personnellement, il n'était pas soutenu par une association cohérente et il est devenu évident qu'il n'y aurait pas de soutien local dans l'organisation de cette source.

De nombreux fabricants et fournisseurs allemands voyaient peu de valeur dans une exposition située en Italie où les marchés étaient dominés par de fortes entreprises manufacturières italiennes et au départ, beaucoup ont refusé de participer. Finalement, il y a eu un compromis, mais cela a entraîné une présence beaucoup plus faible de certaines entreprises allemandes et suisses que par le passé. Pour résoudre le problème d'organisation, Harold Schneider, Batiste Publications, qui avait planifié avec tant de succès l'exposition de 1968 à Londres, s'est porté volontaire pour en prendre la responsabilité et Milan a eu plus de succès que prévu dans le nombre d'exposants qu'elle a finalement attirés.

Cependant, la fréquentation des visiteurs était faible en raison d'une grève des compagnies aériennes et également de grèves nationales en Italie à cette époque, ce qui a gravement affecté la restauration dans les hôtels. À seulement 48 heures d'avis, les invités du dîner de gala ont dû être transportés par autocars sur 30 kilomètres en Suisse pour que cet événement se poursuive... un triomphe pour les talents d'organisateur d'Harold Schneider ! Néanmoins, Milan 1975 a abouti à une politique très différente pour les futures expositions FESPA.

1975 - 1990 Des années de progrès constants

Sous la forte présidence d'Eddy Meissner de 1968 à 1975 assisté des excellentes compétences de secrétariat et de diplomatie de Becky de Die, la Secrétaire Générale, la FESPA s'était muée en une fédération professionnelle avec un événement majeur sous forme de congrès, de voyage d'étude ou d'exposition. tenue chaque année. Cependant, les problèmes de l'exposition de Milan 1975 ont suscité de nombreuses critiques de la part des exposants et lors d'une réunion des fournisseurs très fréquentée et houleuse l'année suivante, la FESPA a été fortement conseillée de mettre fin à sa politique de déplacement de l'exposition vers des lieux en Europe qui ne pouvaient pas avoir leur plein soutien et aussi de passer à une fréquence de quatre ans afin d'atteindre un écart de temps de deux ans entre la FESPA et la DRUPA. Avec l'accord du conseil d'administration de la FESPA, un comité des fournisseurs a été mis en place sous la présidence de Tom Kirk (Sericol) qui a ensuite été remplacé par Walter Frick (Marabu).

Ce comité a travaillé en étroite collaboration avec la FESPA dans la planification des expositions futures et a joué un rôle majeur dans la formation de l'ESMA en 1990. Il a été convenu que la prochaine exposition FESPA reviendrait à Amsterdam, ce qui s'était avéré très réussi en 1973 et cela a conduit à quatre expositions successives dans cette ville en 1979, 1984, 1988 et 1992.

Amsterdam était populaire à la fois auprès des exposants et des visiteurs en raison des attractions de la ville et des champs de bulbes aux Pays-Bas au printemps, lorsque ces expositions avaient lieu. L'efficacité et les compétences linguistiques des Néerlandais étaient également un facteur important. Il y avait un fort soutien de l'Association néerlandaise de sérigraphie avec un comité d'exposition spécial présidé par Ivo Back (président de la FESPA 1979 - 1984), qui a été méticuleux dans sa planification. Au cours de cette période, l'espace des stands des exposants est passé de 9 000 m2 à plus de 20 000 m2 et le nombre de visiteurs de 15 000 à 25 000. L'exposition FESPA avait maintenant pleinement atteint sa prétention d'être le plus grand et le plus important événement international pour la sérigraphie.

Cependant, d'autres événements FESPA ont commencé à décliner. Les séminaires techniques lors d'une exposition FESPA ont été interrompus afin de s'assurer que les visiteurs se concentrent sur les stands d'exposition. De plus, avec la croissance des connaissances techniques et le nombre croissant de séminaires organisés au niveau national, les participations aux séminaires internationaux ont diminué. Le dernier d'entre eux a eu lieu en Italie en 1987 à Santa Margarita, en Italie. Pour des raisons similaires, les voyages d'étude ont été moins fréquentés. Un certain nombre de grandes entreprises de sérigraphie ont pris leurs propres dispositions pour visiter des entreprises sélectionnées avec des visites personnelles et les associations membres ont également organisé des voyages d'étude sur une base nationale. Néanmoins, un dernier voyage d'étude de la FESPA organisé par Michael Domberger pendant son mandat de président sous le titre "The Wider Horizons of Screen-printing" a emmené les délégués dans certaines des applications de niche de la sérigraphie en Suisse, par exemple la décoration de confiseries. et l'impression des montres Swatch. Ce fut un grand succès.

Au sein de l'organisation FESPA, il y avait un problème avec l'avenir du secrétariat, principalement en raison du manque de fonds. Becky de Die, qui avait si bien servi la FESPA pendant près de 15 ans en tant que secrétaire générale, est décédée en 1977. Elle a été succédée brièvement par Jan van de Hšrst puis en 1978 par Bob de Ruijter, alors secrétaire de la section sérigraphie. des maîtres imprimeurs néerlandais, le KVGO. Bientôt, cependant, la FESPA a été confrontée à la décision du KVGO, qu'elle ne pouvait plus continuer à subventionner le coût d'un secrétariat FESPA comme elle l'avait fait dans le passé. Diverses solutions ont été discutées et une à une rejetées.

Enfin, en avril 1981, un accord a été conclu pour déplacer le secrétariat à Londres à l'International Master Printers Association (IMPA) où il y avait une organisation professionnelle dirigée par Geoffrey Wilson avec d'excellentes compétences linguistiques et une expérience de travail pour les associations de maîtres imprimeurs en Europe.

Cela s'est avéré être une solution excellente et relativement peu coûteuse. Le nouveau secrétariat a organisé avec succès un certain nombre d'événements et a participé aux préparatifs de FESPA '84 à Amsterdam. Cependant, en 1984, le bureau de l'IMPA a été transféré à Bruxelles où il est devenu Intergraf avec la responsabilité de représenter ses membres dans l'UE. Bien qu'Intergraf ait continué à répondre aux besoins de secrétariat de la FESPA, la disponibilité du personnel dédié à ces besoins a été considérablement réduite et les coûts à Bruxelles étaient bien plus élevés qu'à Londres.

En 1989, les fonds FESPA disponibles ne permettaient d'acheter qu'un temps très limité à Intergraf et cela n'était pas suffisant pour réaliser un programme complet d'activités FESPA, y compris la rédaction du magazine FESPA qui avait été introduit cette année-là. Quand on a appris que Derek Down, un membre de longue date du conseil d'administration de la FESPA, quitterait l'industrie suite à une prise de contrôle de sa société mère, il a été approché par Michael Domberger pour prendre le poste de secrétaire général de la FESPA et suite à l'accord du Assemblée générale de la FESPA, il a accepté le poste et les documents et dossiers de la FESPA ont été déplacés de Bruxelles vers un nouveau bureau à Reigate, Surrey en décembre 1989.

1990 - 2002 Nouveaux défis... Nouvelles opportunités

Avec la nomination au début de 1990, pour la première fois, d'un secrétariat FESPA à plein temps composé de Derek Down (secrétaire général) et Joy Allson, il est devenu possible de développer de nouveaux programmes. L'un d'eux était le magazine FESPA qui avait été lancé en 1989 par Michael Domberger avec la vision que chaque membre FESPA aurait sa propre copie qui lui dirait ce qui se passait dans d'autres associations en plus des activités FESPA. Derek Down a accepté la direction éditoriale comme l'une de ses nombreuses tâches. Le magazine a été publié deux fois par an dans les langues anglaise, allemande et française (auxquelles l'espagnol a ensuite été ajouté).

Les recettes publicitaires n'étaient pas suffisantes pour couvrir les coûts de production du magazine et jusqu'en 1993, chaque édition affichait une perte substantielle. Pour résoudre ce problème, Nigel Steffens a été recruté pour rejoindre le Secrétariat en tant que directeur de la publicité en janvier 1993 et a réussi à faire profiter le magazine. Ses responsabilités ont été élargies pour inclure l'organisation de séminaires et de « Mini FESPA ». En janvier 2000, dans le cadre du plan de retraite progressive de Derek Down, Nigel Steffens a été nommé secrétaire général pour le remplacer, étant entendu que Derek Down continuerait avec un certain nombre de fonctions FESPA, y compris la rédaction du magazine jusqu'en décembre 2002.

La réunion annuelle des secrétaires

Lors de l'Assemblée générale de la FESPA en 1989, il y avait eu de fortes représentations des pays scandinaves pour avoir une plus grande implication dans la FESPA. En réponse à cela, le secrétaire général organise à partir de 1990 des réunions annuelles des secrétaires d'association. Ces réunions ont été très précieuses pour établir une coopération étroite entre les associations membres et pour soumettre des questions importantes à l'attention du Conseil d'administration et de l'Assemblée générale de la FESPA.

ESMA l'association européenne des fabricants de sérigraphie

Cette organisation a été fondée à l'été 1990 initialement avec l'objectif d'être une organisation entièrement indépendante traitant des aspects importants communs aux fabricants et fournisseurs européens de sérigraphie. Cependant, sous la direction de Walter Frick, Marabu, à l'époque président du comité des fournisseurs, il a été convenu que l'ESMA, tout en étant une organisation indépendante, deviendrait membre de la FESPA avec une participation sans droit de vote aux réunions du conseil d'administration de la FESPA et des membres votants à part entière. à l'Assemblée Générale de la FESPA. Afin d'aider davantage la communication entre la FESPA et l'ESMA, Derek Down a accepté la responsabilité supplémentaire de secrétaire général de l'ESMA. Le soutien apporté à la FESPA pour le magazine, les 'Mini FESPA's, les séminaires et l'exposition FESPA a grandement contribué au succès de ces activités.

Adhésion à l'Europe de l'Est

La levée du «rideau de fer du communisme» à l'automne 1989 a permis pour la première fois de communiquer librement avec les pays d'Europe centrale et orientale. La sérigraphie s'était poursuivie assez activement sous le régime communiste, principalement dans le textile et dans des industries telles que la verrerie, la céramique et l'électronique. Les fournisseurs ouest-européens de produits de sérigraphie traitaient toujours par l'intermédiaire d'organismes gouvernementaux en tant que clients. Il y avait un nouvel intérêt dans ces pays pour découvrir le potentiel qu'ils voyaient en Europe occidentale, en particulier dans les produits publicitaires. La Tchécoslovaquie, qui avait été membre pendant une courte période à la fin des années 1960 avant la domination communiste, a été la première à rejoindre la FESPA, suivie de la Hongrie, de la Pologne, de la Roumanie, de la Bulgarie, de la Russie (Moscou), de la Croatie, de la Slovénie, de la Yougoslavie et de la Turquie. Les membres de la Tchécoslovaquie ont ensuite été divisés en Républiques tchèque et slovaque distinctes. De cette manière, le nombre de membres de la FESPA a augmenté sur une période de douze ans, passant de 14 à 26 nations et ce nombre s'élève maintenant à 27, les États-Unis baltes étant le membre le plus récemment recruté en 2005.

La FESPA a fourni une aide directe à ces nouveaux membres à travers une série de « Mini-FESPA ». Un concept proposé par Michael Domberger et adopté avec succès par les présidents Lascelle Barrow et Michel Caza. Ils comprenaient des stands d'information sur les produits et un séminaire de deux jours dans les pays de la Hongrie, de la Pologne, de la République tchèque et de la Slovénie. L'ESMA a fortement soutenu ces événements qui ont facilité la représentation de leurs membres dans ces pays. Ces programmes ont apporté des avantages financiers et d'adhésion aux pays où ces événements ont eu lieu. Une aide supplémentaire de la FESPA a été accordée pour la formation, une exigence prioritaire pour les pays d'Europe de l'Est en finançant des formateurs d'Europe de l'Ouest pour organiser des séminaires de formation.

Le défi numérique

Les années 1990 ont été une période au cours de laquelle la technologie numérique a révolutionné le monde à bien des égards. Pour l'industrie de l'imprimerie, cela s'est d'abord vu dans le prépresse où les illustrations arrivaient désormais presque exclusivement au format numérique. Lors de l'exposition FESPA '96, la FESPA a organisé deux jours de séminaires présentant aux sérigraphes les défis et les opportunités de la technologie numérique. Au cours des quatre années suivantes, cela a été suivi d'une série de séminaires conçus pour s'assurer que les sérigraphes étaient bien préparés aux inévitables changements à venir.

Expositions FESPA

Après une autre exposition réussie de la FESPA à Amsterdam en 1992, la FESPA avait prévu de revenir une fois de plus à Amsterdam en 1996, en utilisant les services d'un organisateur indépendant. Cependant, aucun accord n'a pu être trouvé sur ce point avec l'organisation RAI d'Amsterdam et il a été décidé en conséquence de déplacer l'exposition à Lyon, France avec l'avantage d'attirer de nouveaux visiteurs des marchés en développement rapide de la sérigraphie en France, en Espagne et Le Portugal. Malgré les inquiétudes initiales des exposants, cet événement s'est avéré très réussi avec une forte fréquentation des visiteurs et un grand intérêt pour les entreprises numériques qui exposaient à la FESPA pour la première fois.

Lors des salons qui ont suivi Munich 1999, Madrid 2002, Munich de nouveau en 2005 et Berlin en 2007, le pourcentage d'espace d'exposition occupé par les entreprises numériques n'a cessé de croître à chaque fois et cette tendance devrait se poursuivre à l'avenir.

Maintenant FESPA est devenu un organisateur international d'expositions après le lancement d'un salon en Inde en 2005, répété en 2007 avec un troisième salon FESPA qui a eu lieu en 2009. En 2008, nous avons également lancé un salon à Bangkok - FESPA Asia Pacific. L'année 2008 a également vu le premier salon FESPA avoir lieu au Mexique avec un salon de suivi en août 2009. Ceux-ci s'ajoutent à la première exposition numérique FESPA dédiée (tenue à Amsterdam en 2006) avec une autre à Genève en 2008 et une troisième à Amsterdam en 2009. Le prochain salon exclusivement numérique aura lieu à Hambourg en 2011.

En concluant cette brève histoire de la FESPA, il est remarquable de voir comment une organisation forte et influente s'est développée à partir de petits débuts. Cela est dû à la vision et à l'initiative des premiers "pères fondateurs" qui se sont poursuivies au cours des périodes successives de présidence. La contribution des associations nationales et de l'ESMA ne doit pas non plus être sous-estimée, car le soutien et l'intérêt manifestés par ces organisations ont fait en sorte que le conseil d'administration de la FESPA reste toujours alerte pour créer de nouvelles initiatives afin de faire avancer les objectifs de la FESPA.

annexe

Présidents de la FESPA 1962 - 2002
R Levisson (Pays-Bas) 1962 - 1968
E Meissner (Allemagne) 1968 - 1975
W Rayment (Royaume-Uni) 1975 - 1979
I Back (Pays-Bas) 1979 - 1984
D Down (Royaume-Uni) 1984 - 1988
M Domberger (Allemagne) 1988 - 1992
L Barrow (Royaume-Uni) 1992 - 1996
M Caza (France) 1996 - 1999
C van den Berg (Pays-Bas) 1999 - 2000
M Caza (France) 2000 - 2002
Ricardo Rodríguez Delgado (Espagne) 2002 - 2005
Hellmuth Frey (Allemagne) 2005 - 2007
Anders Nilsson (Suède) 2007 -

Secrétaires généraux de la FESPA
N Schenkman (Pays-Bas) 1962 - 1963
B de Die (Pays-Bas) 1963 - 1977
J van de Hšrst (Pays-Bas) 1977 - 1978
R de Ruijter (Pays-Bas) 1978 - 1981
G Wilson (Royaume-Uni / Belgique) 1981 - 1989
D Down (Royaume-Uni) 1989 - 1999
N Steffens (Royaume-Uni) 2000 - 2013

S Holt (Royaume-Uni) 2014 -

Titulaires du Prix du Mérite FESPA
décerné pour services exceptionnels à la sérigraphie ou à la FESPA
I Back (Pays-Bas)
W Frick (Allemagne)
E Hartfeld Johansson (Suède)
R Levisson (Pays-Bas)
J Peters (Belgique)
D bas (Royaume-Uni)
E Hartvedt (Norvège)
M Caza (France)

Expositions FESPA
1963Paris
1966 Zürich
1968 Londres
1970 Hambourg
1973Amsterdam
1975Milan
1979Amsterdam
1984Amsterdam
1988 Amsterdam
1992Amsterdam
1996Lyon
1999Munich
2002 Madrid
2005 Munich
2007Berlin
2010 Munich

2005, 2007 & 2009 FESPA Inde

2008 & 2009 FESPA Mexique

2006 & 2009 FESPA Digital Amsterdam
2008 FESPA Digital Genève
2011 FESPA Digital Hambourg

2008 FESPA Asie Pacifique

Magazine du monde FESPA

FESPA World Magazine , imprimé jusqu'en 2010, englobait la sérigraphie européenne, le numérique grand format, la tampographie et les procédés similaires, et nos membres, les imprimeurs commerciaux et industriels de toute l'Europe, associent "FESPA" comme la voix de leur monde de l'impression. Nos gens comptent pour nous.